« Il n’y a pas de belle photo sans prise de risque. » Émile fait du Rurex : « Pour la photo. Pour les sensations fortes. Pour l’histoire ». Il explore les bâtiments abandonnés en campagne québécoise. Découverte.